AnneCé et Nico en Australie

Journal de bord d'une nouvelle vie en Australie.

19 février 2011

Et pendant ce temps là, Marine…

IMG_4808

IMG_4817

IMG_4831

IMG_4825

 

 

Le 26 janvier dernier l’Australie fêtait l’Australia day, jour de sainte et vénérée fête nationale.

Pour nous autres français pour qui le 14 juillet représente tout au plus un jour off associé éventuellement à un défilé sans fin et à quelques pétards (entendez ceux qui font du bruit, pas les autres, quoique chacun fait ce qu’il veut), le 26 janvier Australien est comme qui dirait une curiosité locale.

Un mois avant le jour J, les magasins remplacent activement les rayonnages de boules de Noel par des milliers d’objets à l’effigie du drapeau Australien, les voitures se parent de fanions, et les locaux de tenues étoilées.
Pour qui ne connait pas l’Australie, ce jour là peut sembler fleurter avec les frontières d’un nationalisme douteux,  les « proud to be Australian », « Australia, the best country in the world » ou encore « happy Australia day true blue Australians » s’élèvent d’une même voix.  

Certes il existe des Australiens douteux sur ce sujet, certainement plus en dehors de Sydney d’ailleurs. Mais le 26 janvier pour la majorité d'entre eux c’est surtout la célébration d’une identité commune, celle d’une terre multiculturelle, celle d’un peuple courageux, humble et déterminé (traduction du discours de la Prime Minister). Ce jour là  13 000 étrangers des 4 coins du monde ont reçu la citoyenneté Australienne à travers des cérémonies d’accueil et 65 000 volontaires avaient rejoint spontanément le Queensland pour venir en aide aux personnes ayant été touchées par les inondations dévastatrices.

Et pendant ce temps là en France, Marine, sous l’étendard d’un nationalisme radical se trace une voie d’autoroute vers les présidentielles. Pendant ce temps là, Marine s’impose sur les plateaux pour clamer haut et fort que tout ira mieux quand les frontières seront fermées et la France recroquevillée sur elle-même. Et pendant ce temps là, Marine rameute des électeurs nostalgiques d’un autre temps,  en mal d’espérance, ayant oublié la fierté d’être Français, la fierté d’appartenir à une nation emprunte d’histoire, la fierté de vivre dans un pays envié de tous pour la beauté et l’authenticité de ses régions et la fierté d’être une terre ouverte aux autres.

D’ailleurs Marine, quand tu parles du retour au Franc tu es vraiment sérieuse ou c’est une blagounette ? Nan parce que sinon on peut aussi relancer la mode du sabot pendant qu’on y est.
Ça me fait penser qu’il faut que je remette  la main sur ma petite boite souvenir remplie de pièces de 1 franc que je pensais un jour montrer à mes petites enfants, on ne sait jamais, ça pourrait peut être resservir en 2012…

 

Posté par annecetnico à 08:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire