AnneCé et Nico en Australie

Journal de bord d'une nouvelle vie en Australie.

19 février 2009

Parce que j’y tiens…

Cambodge
(Les enfants de la décharge de Phnom Penh)

On reste dans le ton des actus pas très gaies mais ça ira mieux après promis !
Donc petit détour au Cambodge parce que c’est important et que j’y tiens.

"Naturellement, nous sommes désolés, non seulement pour la vie des gens, mais aussi celle des animaux. Ils sont tous morts parce que nous voulions gagner la guerre." (Nuon Chea - Bras droit de Pol Pot - 1998).
Cette déclaration de repentance aurait du, selon le premier ministre Hun Sen, aller dans le sens de la réconciliation nationale et faire table rase des 1,7 millions de Cambodgiens tués par leurs pairs.
Depuis toutes ces années, il est encore possible pour un Cambodgien de tomber nez à nez avec son bourreau ou avec l'assassin qui a exterminé toute sa famille sous ses yeux. Mais le peuple Cambodgien doit se taire dans le but d'une ''réconciliation nationale" le plongeant dans une amnésie ravageuse. Ce pays reste, depuis toutes ces années, une plaie béante incapable de se reconstruire sur des bases solides.

Enfin, 30 ans après les 3 ans de massacre, un tribunal international a pu ouvrir ses portes malgré les énormes pressions politiques et autres tentatives de corruption.
Douch est l’un des plus grands criminels de cette atroce page de l’histoire et on peut espérer qu’à travers son procès les âmes soient un peu soulagées.
Pensée un poil illusoire mais il parait que l’espoir fait vivre…

A lire pour en savoir plus
Le_portail_Francois_Bizot''Le portail'' de François Bizot.
François Bizot, a été l’un de victime miraculeusement échappée des camps du fameux Douch. Il raconte ses 3 mois de calvaire dans ce livre à lire absolument pour bien comprendre ce qu’il s’est passé. 

Un article récent de lui dans le monde : le juge, la victime et l'accusé Khmer rouge, par François Bizot

Un autre article du monde : au Cambodge, les Khmers rouges font leur entrée dans les manuels scolaires

Posté par annecetnico à 00:30 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    SANS RANCUNE...?

    Je suis tombée sur un reportage sur l'ouverture du procès il y a quelques jours et en effet un homme victime de l'enfer Khmer serrait la main de son bourreau, disant qu'il ne lui en voulait pas, que lui aussi était une victime, car simple exécutant...
    Ca aussi culturellement c'est perturbant.

    Posté par Delph, 19 février 2009 à 23:02

Poster un commentaire